Ernest et Rebecca, de Guillaume Bianco et Antonello Dalena, tome 1

Ernest et Rebecca, de Guillaume Bianco et Antonello Dalena, tome 1: Ernest et Rebecca, de Guillaume Bianco et Antonello Dalena, tome 1: Mon copain est un microbe, aux éditions Le Lombard.

Résumé:

Rebecca est une petite de six ans, ayant une insuffisance immunitaire, elle tombe très souvent malade. Un jour, alors qu’elle s’exerçait dans la pluie pour la chasse à la grenouille, celle-ci tombe sur Ernest: un microbe, c’est même le plus vieux et rare qu’il puisse exister. Maintenant, Rebecca n’est plus seule à affronter les disputes incessantes des ses parents, à présent elle a son meilleur ami à ses côté!

Mon avis:

Guillaume Bianco, un auteur répandu dans la bande dessinée notamment pour Billy trouillard, ou ZIZI, Chauve-souris. Encore un scénriste au style et humour très particulier. C’est ainsi qu’Ernest et Rebecca est né, au côté d’Antonello Dalena, le dessinateur. Pour ce premier tome, comme pour beaucoup, il s’agit ici plus d’une introduction au suivant, qu’autre chose. Elle rencontre Ernest, fait connaissance, et le gros de l’histoire se passe dans les volumes suivants. Mais encore une fois, cet album est beaucoup plus complet niveau contenu et actions que le premier volume de Le Royaume. Sinon, l’histoire est très bien abordée par l’auteur, et l’originalité est de mise! Une vision du récit par l’enfance créative très appréciable. Le fait que l’auteur aie imaginé les microbes, et virus en tout genre comme des petites créatures souvent très attachantes, est particulièrement bien trouvé.  Une touche qui donne le sens à l’histoire, c’est Rebecca qui , à l’imagination extrêmement grande, s’est inventé un monde qui l’entourait déjà invisiblement: celui des maladies.

Les personnalités sont elles aussi très mignonnes! D’autant plus qu’elles sont parfaitement réelles, on pourrait même dire banales! Mais ici, c’est en point positif que j’aborde le sujet.

Antonello Dalena nous régal encore les yeux avec son style manga un peu retravaillé. Gros yeux, grosses têtes, et couleurs éclatantes, c’est bien là ce que l’on retrouve dans toutes ses planches!

Décidement, Ernest et Rebecca est une réussite (quasi) totale! Adultes, ados, ou enfants, c’est pour tous une façon surprenante de voir la maladie.

Note:

19/20

Point(s) négatif(s):

Le rose est une couleur fort présente dans cette BD. Donc s’il vous tente d’offrir cette histoire à jeune homme… 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s